Pour les millions de touristes qui parcourent ses rues chaque année, New York est une ville à la réputation légendaire, mais pour les New-yorkais, c’est tout simplement leur ville. Comme tout lieu de vie, il peut être frustrant, exaltant et dans les moments les plus inattendus, magique. Il existe, dans toute métropole, des règles tacites à suivre lorsque l’on se balade dans la ville. Que ce soit votre première, deuxième ou vingtième visite à New York, voici quelques règles de savoir-vivre à ne pas oublier lorsque vous êtes dans la Grosse Pomme !

1. Faire la différence entre les Express Subway Trains et les Local Subway Trains.

Photo de l’entrée de la station de métro Times Square sur la 42ème rue
Dans la station de métro Times Square sur la 42ème rue se trouvent des trains locaux et express qui desservent de nombreux quartiers de New York

Le système de métro de la MTA (Metropolitan Transportation Authority) de New York est sans doute le moyen le plus efficace de vous déplacer dans quatre des cinq Borough de New York (Staten Island étant desservi par une ligne spécifique), mais aussi le plus compliqué. Les lignes sont indiquées soit par des lettres, soit pas chiffres, et comme dans beaucoup de réseaux de métros, elles sont identifiées par un code couleur. Néanmoins, contrairement aux autres métros, plusieurs lignes partagent la même couleur. Par exemple, les trains B et D sont tous deux indiqués par un cercle orange bien qu’ils n’aillent pas dans la même direction. Ces deux lignes correspondent respectivement à un train local (Local Subway Train) et un train express (Express Subway Train). Il se peut que les trains express et les trains locaux aillent dans la même direction et desservent les mêmes arrêts mais ne vous trompez pas : ils ne sont pas identiques. Les lignes locales s’arrêtent à chaque station sur un trajet en particulier tandis que les lignes express ne desservent que quelques stations sur ce même trajet ; par exemple, le train B local s’arrête à chaque station dans le quartier ouest de Manhattan, tandis que le train D (express) ne dessert pas les stations situées entre la 59ème et la 125ème rue. Et pour compliquer encore un peu plus les choses, ce système n’est pas le même 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Des changements d’itinéraire sont mis en place lors de travaux, les weekends et aux heures de pointe.

Mais une chose est sûre : le réseau de métro reste ouvert à toute heure du jour et de la nuit, il se peut juste que vous ne preniez pas le train escompté. Pour des informations actualisées en temps et en heure, rendez-vous sur le site officiel de la MTA.

2. Les pourboires.

Photo de la monnaie américaine, dollars et cents
Laissez toujours un pourboire lorsque vous sortez dîner

En règle générale, aux États-Unis, on laisse des pourboires aux personnes travaillant dans l’industrie des services : femmes de chambres, grooms, serveurs, etc. en signe de reconnaissance. Les pourboires constituent une grande partie de la rémunération du personnel, alors soyez reconnaissant lorsque vous payez l’addition ou quittez votre hôtel. Le montant varie, mais il est d’usage de donner aux serveurs 15% du montant brut pour un service standard ; vous pouvez donner plus ou moins selon la qualité du service, mais jamais en dessous de 10%. Comptez $1 par bagage pour les grooms (ou $2 si vous n’avez qu’une valise) ; lorsque vous quittez votre hôtel, laissez quelques dollars par nuit passée – en espèces – pour la femme de chambre. Les pourboires sont importants : n’oubliez pas d’en laisser, et rappelez-vous de ne jamais juger trop sévèrement un service médiocre – il se peut que votre serveur ait eu une journée de travail difficile. À l’inverse de l’Europe, les prix ne sont pas ceux que vous voyez : une taxe de vente de 4,5% est ajoutée aux achats une fois à la caisse (sauf pour les vêtements en dessous de $110). Au final, pratiquement tous autres les achats sont taxés à hauteur de 8,875%. Vous cherchez des idées de shopping ? Consultez notre guide des meilleurs endroits pour faire du shopping à New York.

3. La numérotation des étages.

Les gratte-ciel sont nombreux à new York, il y a donc de fortes chances que vous utilisiez un ascenseur au moins une fois par jour, au travail, dans votre immeuble, ou les deux. La légère différence entre la numérotation des étages en Amérique et en Europe peut être très gênante ou provoquer une grande confusion lorsque vous prenez l’ascenseur. N’oubliez pas que beaucoup d’immeubles à New York n’ont pas de « rez-de-chaussée » – ils passent directement aux numéros. Ainsi, les immeubles américains commencent au premier étage tandis que pour les européens, cet étage est le rez-de-chaussée. Si vous êtes européen et que vous cherchez à vous rendre au cinquième étage, rappelez-vous que celui-ci correspond au sixième étage en Amérique. Une fois que vous avez intégré l’exercice de mathématiques qui se cache derrière la dénomination des étages, l’utilisation de l’ascenseur devrait être un jeu d’enfant.

4. L’électronique.

Photo d’une prise de courant en Amérique du Nord
Les prises de courant américaines sont différentes des prises internationales

Le voltage standard en Amérique du Nord est de 120V contre 220V dans le reste du monde. Ainsi, il se peut que vos appareils électroniques ne fonctionnent pas aux États-Unis ; les prises de courant ont aussi une forme différente, il est donc fort probable que vos fiches ne soient pas compatibles avec les prises américaines. Assurez-vous d’acheter des adaptateurs conformes aux normes américaines pour tous vos appareils portables.

5. Règles de savoir-vivre dans les stations de métro.

Photo de la station de métro Columbus Circle sur la 59ème rue
Le métro est le moyen de transport newyorkais le plus rapide et le plus simple

À toute heure de la journée, les gens se rendent à la station de métro la plus proche car c’est un moyen de transport rapide. Et s’il y a bien une chose qu’un Newyorkais n’aime pas, c’est d’être retardé par quelque chose de futile.

Il se peut que les tourniquets soient encombrés – les grandes stations peuvent en avoir des dizaines, les moins populaires juste deux – alors gardez toujours votre carte de métro à disposition lorsque vous entrez dans une station. Cela vous évitera non seulement les reproches d’un Newyorkais impatient, mais vous fera également gagner un temps précieux (ce qui pourrait faire la différence entre prendre ou manquer son train). Validez votre carte côté recto. Restez sur le côté droit des escalators afin de permettre à ceux qui montent à pied de passer sur le côté gauche. Ne retenez jamais les portes qui sont en train de se refermer – même si votre train est à l’arrêt. Vous ne pourrez pas vous glisser dans la rame et vous risqueriez de mettre votre vie ou celle d’autrui en danger. Enfin, prenez garde aux escrocs. Il vaut mieux les ignorer, peu importe ce qu’ils vendent. Pas besoin d’éviter le métro par peur – soyez attentif, faites preuve de bon sens et tout ira pour le mieux.

6. Les trottoirs.

Photo des piétons sur le trottoir
Newyorkais se bousculant sur les trottoirs lors d’une balade printanière

Ne vous arrêtez pas en plein milieu du trottoir ! Voilà la principale préoccupation de tout Newyorkais d’origine. Les piétons ont besoin d’avancer et si vous vous arrêtez au milieu du trottoir vous ralentissez le trafic pédestre. (Ceci est particulièrement vrai si vous vous déplacez avec un groupe de personnes – ne prenez pas tout le trottoir !). Si vous avez besoin de consulter une carte ou si vous voulez prendre une photo, poussez-vous simplement sur le côté. Si vous remarquez que quelqu’un marche à une allure plus rapide, faites-lui de la place pour passer. Soyez aussi courtois à pied que vous l’êtes en voiture et tout le monde y trouvera son compte.

7. Directions.

À Manhattan, si vous voulez vous rendez au « nord », vous direz que vous vous rendez « uptown » ; se rendre au « sud » signifie que vous allez « downtown ». (Il n’existe aucune terminologie équivalente pour décrire les orientations est-ouest.) Gardez à l’esprit que c’est de cette manière que le système de métro classifie les directions dans Manhattan. Si vous voulez visiter la 14ème rue (Greenwich Village) depuis la 42ème rue (le cœur de Midtown), vous devrez donc emprunter les transports allant vers downtown. De plus, lorsque vous vous référez à des lieux dans Manhattan, commencez d’abord par la rue puis par l’avenue. Par exemple : si vous voulez vous rendre à l’angle de la 10ème rue et de la 3ème avenue, dites 10ème et 3ème, et vice versa. Cependant, même ces directions sont vagues : rappelez-vous que la 5ème avenue divise les rues de l’est et de l’ouest ; une fois que la 33ème Ouest traverse la 5ème avenue, elle devient, de l’autre côté, la 33ème Est. Les rues vont de l’est à l’ouest tandis que les avenues vont du nord au sud (ou uptown-downtown). L’un des nombreux avantages de Manhattan est sont système de quadrillage, qui rend la circulation – surtout pour les novices – facile à gérer. Gardez à l’esprit que certains des plus vieux quartiers de la ville – en dessous de la 14ème rue – ne fonctionnent pas avec ce système de quadrillage. Vous tomberez sur des rues formant des angles étranges et vous aurez du mal à trouver des noms de rue par numéros. Petit secret : les Newyorkais, malgré leur réputation, ne sont pas toujours brusques. Si vous vous adressez poliment à eux et leur demandez votre chemin, il y a de grandes chances que ceux-ci – natifs ou expatriés aguerris – soient d’accord pour vous aider. N’ayez pas peur de demander si vous êtes à l’aise pour le faire.

8. Les règles de savoir-vivre en taxi.

Photo des taxis roulant sur Times Square
Les carrosseries jaune vif des taxis de Manhattan parsèment le trafic sur Times Square

Parfois – en particulier lorsque le temps est peu clément – vous pourriez être tenté de passez devant quelqu’un pour attraper un taxi. Ne le faites pas, tout simplement. C’est très mal poli et ça n’accélèrera pas votre voyage. Rappelez-vous : les taxis sont partout dans New York, et il y en aura forcément un autre au coin de la rue. Ceci dit, soyez prudent. Ne montez jamais dans un véhicule non immatriculé. Les taxis de Manhattan, (medallion cabs) sont mondialement connus pour leur couleur jaune. Tous les autres taxis, dans les autres arrondissements – et au nord de la 96ème Est et de la 110ème Ouest dans l’arrondissement central – sont de couleur vert pomme (les “boro taxis”). Sur le toit des taxis légaux se trouve une plaque indiquant « livery » pour les taxis qui ne sont pas de couleur jaune ou T&LC pour les autres, ainsi qu’un numéro d’identification. Si vous cherchez un taxi libre, sachez que si le signal lumineux sur le toit est allumé cela signifie que le taxi est libre ; s’il est éteint, il est occupé. Essayez également de voir si l’inscription « off-duty » est allumée – si oui, le taxi n’est pas disponible.

9. Les règles de savoir-vivre dans les locations de vacances.

Ceci peut paraître évident mais il convient de le répéter : soyez respectueux envers les autres résidents de l’immeuble de votre location de vacances. Même si vous ne restez que quelques semaines, c’est pour eux leur résidence principale. Traitez-les comme si vous viviez ici de manière permanente. Faites preuve de la courtoisie que vous attendriez des vacanciers vivant de manière temporaire dans votre résidence principale. Abstenez-vous de mettre la musique trop fort ou de faire trop de bruit à des heures indues, nettoyez derrière vous si vous utilisez les installations communes (telles que la laverie), ne claquez pas la porte lorsque vous entrez ou sortez, soyez aimable avec vos voisins et respectez leur espace personnel. Les bonnes manières de bases sont de rigueur. Si vous voulez que ce séjour devienne réalité, consultez nos annuaires pour les locations meublées et les locations de vacances à New York !

 10. Et enfin : explorez !

N’ayez pas peur de vous aventurer dans les rues et les quartiers qui vous passent par la tête. Osez sortir dans les arrondissements éloignés – New York, ce n’est pas que Manhattan. Demandez aux Newyorkais – pourquoi pas à vos voisins – quels sont leurs restaurants, boutiques et attractions favorites et vous pourriez découvrir de superbes lieux cachés. En vous autorisant une petite excursion qui sort du circuit touristique habituel, vous pourrez vous plonger entièrement dans ce que New York a de mieux à vous offrir – et tomber amoureux de la ville qui ne dort jamais. (Mais n’oubliez pas de prendre une carte !)

Chers lecteurs, quels sont vos meilleurs conseils en matière de convenances ?